Comment burger King détruit les forêts tropicales

En Amérique latine, la plupart des gens ignorent le lien entre leur consommation de viande et la destruction des forêts tropicales. En effet, ce lien repose surtout sur une production plutôt connu des végétariens qui n’est autre que le soja.

Le soja transgénique qui est en particulier devenu l’aliment de base de l’industrie de la viande dont le poisson d’élevage, la volaille, les ovins et surtout les bovins. En ce sens la frénésie de consommation carnée concerne actuellement tous les pays émergents entraînant par la suite dans le continent sud-américain une suppression massive des forêts, qui sont dernièrement remplacées par de vastes plantations de soja.

Un article de Monde rappelle aux citoyens que les récoltes de cette légumineuse génétiquement modifiée dépassent maintenant les 300 millions de tonnes, donc va jusqu’à dix fois plus que dans les années 1960 et va même jusqu’à croître plus vite que le secteur de la viande.

Pour ce faire, les ONG décident d’agir en vue de freiner ces ravages. Il y a par exemple Greenpeace qui a pris pour cible le temps d’une quinzaine d’années Mcdonald’s. Celui-ci a connu un réel succès car à 30% en 2006, le soja représentant la déforestation n’est plus qu’à un taux de 1,25% en  2016.

Apparemment, burger King dans le collimateur des ONG est celui qui est d’actualité pour les critiques sur son laxistes envers les fournisseurs qui sont des géants dans l’agrobusiness tel Bunge et Cargill. Il est en effet considéré comme le roi de la déforestation que Mighty et Rainforest Foundation, deux ONG décident de s’attaquer à lui en incitant plus de 500 000 personnes à signer une pétition qui agit exclusivement contre Burger King. Ces ONG affirment que cela fait sept années que ses responsables ont promis d’agir contre la déforestation alors qu’ils font comme si de rien  n’était.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*