En Corrèze, une usine à biomasse va stériliser la forêt

En Corrèze, le projet d’une usine à biomasse suscite les critiques et l’inquiétude de la population. L’usine est censée alimenter les chaufferies de la région parisienne. Les habitants sont véritablement inquiets sur l’avenir même des forêts. En effet, les pellets torréfiés seront produits à partir des souches et des restes de branchage.  

Les faits

Depuis près d’un an, une grogne gagne les habitants des petits villages en pierres grises de ce territoire rural. Un territoire composé à moitié de forêts dont les bois attirent les convoitises des industriels. Ces derniers voient en la biomasse leur nouvel Eldorado. En fin d’avril, l’usine CIBV « Carbon Ingen’R Bugeat Viam » a eu l’accord du préfet pour débuter ses travaux. Un projet qui a valu diverses critiques de la part de nombreux habitants. Le projet est axé sur la production de 45.000 tonnes de pellets torréfiés et des granulés issus du bois énergie. La production servirait de substitution aux combustibles fossiles comme le charbon. D’après les promoteurs, l’approvisionnement peut atteindre plus de 113.000 tonnes de bois par an. Les récoltes se feraient dans les 80 kilomètres autour de l’usine en récoltant principalement les souches et les andains. Ce qui pourrait nuire à l’environnement et la fertilité du sol.

Les habitants vers un recours juridique?

La réaction des habitants s’est fait sentir à divers tags sur les murs des vieilles granges et les transformateurs électriques. D’ailleurs, les habitants à proximité de l’usine ont tiré la sonnette d’alarme face au ravage des coupes rases du bois. Les opposants ont d’abord joué le jeu des institutions. Ainsi, ils ont participé à l’enquête publique de novembre à décembre 2017 et enchaîné des dizaines de réunions d’informations. Pour l’instant, rien n’a empêché les industriels d’avancer. Si ce n’est les recours juridiques que préparent les associations et la montée grandissante de la mobilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *